Skip to content

Soirée du 9 novembre 2022

Dans le cadre de l’action culturelle intitulée « Forces poétiques » soutenue par la Sofia, a eu lieu, le mercredi 9 novembre, une rencontre passionnante entre deux poètes de génération différente Seyhmus Dagtekin et Alexandre Bonnet-Terrile.

Ce choix de faire appel à un poète confirmé et à un auteur en devenir n’est pas fortuit. Réunis dans la récente anthologie Haute tension conçue et présentée par Sylvestre Clancier et éditée par le Castor Astral, ils avaient tous deux leurs convictions et un franc-parler qui s’est révélé fort enrichissant.

Chacun a commencé à lire son « credo » figurant dans le recueil poétique. Alexandre Bonnet-Terrile a insisté sur la nécessité d’établir un ensemble de règles sans contradiction avec la liberté du vers libre remarquant : « J’ai établi pareil système pour moi- même, pour la santé de mes vers libres, pour qu’ils trouvent parmi l’illimité du possible l’infini qui leur va ».

Seyhmus Dagtekin, de son côté, a mis en lumière la constante recherche de puissance de l’être humain et l’a invité à une nécessaire et vibrante introspection. Il a, de ce fait, salué la fonction salvatrice de l’art et de l’écriture affirmant : « la poésie et la création offrent la possibilité d’arrêter cette recherche effrénée de son devenir hors de soi, de couper court à cette soif de puissance. »

La soirée s’est achevée par la lecture des poèmes par leurs auteurs face à un public nombreux et particulièrement captif, dans l’élégante salle de l’Hôtel privé Émile Blémont.

Muriel Augry

(cliché : Fabienne Beaudeau)
Ces articles qui pourraient vous intéresser

Documents

Robert Vigneau : L’appel de l’arbre Dans l’arbre Ne voyez-vous pasCes branches ces brasCes feuilles ces mainsQui supplient en vain

Lire