Skip to content

Une octogénaire mise à la rue

La Maison de Poésie-Fondation Émile Blémont a été expulsée en octobre 2011 de ses locaux historiques qu’elle occupait depuis 1928 dans l’Hôtel particulier d’Émile Blémont, rue Ballu à Paris, à la demande et au bénéfice de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD).

C’est un épisode particulièrement tragique de l’existence d’une Fondation reconnue d’utilité publique par décret du Président de la République, Gaston Doumergue, du 9 août 1928.

Les 30 000 volumes de sa bibliothèque, les tableaux, les sculptures, les manuscrits, tout le patrimoine de la Maison de Poésie a été mis en caisses et placé dans les dépôts de la Bibliothèque Nationale de France. Tous les rayonnages ont été vidés.

La poésie est descendue aux catacombes. La nuit tombe. Les poètes disparaissent.

Réalisant une belle opération immobilière, la SACD a pris possession le 11 octobre 2011 des locaux ayant abrité et fait vivre la poésie pendant quatre-vingt-trois ans. Des bureaux prendront la place des poètes.

Ces articles qui pourraient vous intéresser
©A.MACARRI-Univ-Côte d'Azur

Qu’est-ce que la Revue NU(e) ? par Béatrice Bonhomme             Je poserai, en avant-propos, une question : Quel regard la poésie

Lire

PRIX DE LA DÉCOUVERTE POÉTIQUE SIMONE DE CARFORT 2024             Règlement du Prix de la découverte poétique Simone de Carfort

Lire

2 avril 2023, 16h30 : Descente de poésie franco-roumaine

Lire